Défendons la Révolution française. Poursuivons l’objectif d’une république sociale. Plan des articles de notre rubrique

lundi 15 mai 2017.
 

Voici 220 ans, la Révolution française abolissait la royauté et proclamait la République... évènement historique immense par l’enjeu européen, par la puissance du mouvement social, par les fondements politiques institués par la Convention.

Oui, immense comme fait historique : le plus important de l’épopée humaine jusqu’à cette date.

Oui, immense comme évènement fondateur : Jusqu’en 1944, la gauche française se battra pour rétablir et défendre "la république". Le 19ème siècle résonnera sans cesse de ses échos en Espagne, en Amérique latine, en Russie, en Hongrie... un peu partout dans le mouvement ouvrier naissant ; au petit matin du 7 novembre 1917 les insurgés russes de Saint Pétersbourg chanteront la Marseillaise. Sur le fond, les espérances et le programme qu’elle ébauche (par exemple dans la constitution de 93) relèvent encore aujourd’hui de l’à venir, de l’inachevé, du possible à construire.

Affirmons d’entrée l’essentiel. Le rapport à la Révolution française permet de différencier essentiellement trois camps :

* ceux qui s’affirment totalement opposés à la Révolution française : les fascistes, l’extrême droite, la hiérarchie catholique, la droite chaque fois que possible. De Maistre à Goebbels, de Louis de Bonald au récent film sur Marie Antoinette, des muscadins à Chaunu, de Pie VI au Figaro, des chouans au récent Livre noir de la révolution française, cette opposition ne s’est jamais tue.

* ceux qui s’en revendiquent seulement comme un moment de l’histoire nationale, digne de commémoration. François Furet a bien résumé cette position : "La Révolution est devenue une histoire puisqu’elle est finie". Le bicentenaire de 1989 s’est déroulé sur ce tempo, de flons flons en discours ronflants. Comme 75% des Français continuent à considérer la Révolution française comme un évènement positif, un perpétuel candidat comme Nicolas Sarkozy est obligé de saluer la Révolution dans ses discours comme il se revendique de Jeanne d’Arc, des rois de France et de Guy Môquet.

* ceux qui décèlent dans cet évènement complexe un éclair d’avenir, les germes d’une nouvelle société à bâtir fondée sur les aspirations d’émancipation humaine (dont l’absence d’exploitation de l’homme par l’homme), sur la souveraineté populaire et la participation citoyenne, sur les droits de l’homme et l’intérêt public, une nouvelle société à bâtir plus démocratique, plus égale, plus fraternelle, plus capable de maîtriser l’histoire collective. "Le bonheur est une idée neuve en Europe" disait Saint-Just. Nous sommes de ce camp.

Nous ouvrons sur ce site, 220 ans plus tard, une petite rubrique sur cet évènement historique immense : la Révolution française. Nous n’avons ni la compétence, ni le temps nécessaires pour rendre compte de toutes les grandes journées, de toutes les avancées, de toutes les questions soulevées. Des universitaires, des historiens ... sont évidemment plus pointus que nous sur tel ou tel sujet. Cela ne limite pas l’intérêt de faire valoir la cohérence de notre conviction au moment où l’héritage de la gauche sur ce sujet est en danger.

Oui, en danger ! Depuis 1789-1793, la gauche française essayait de vivifier sans cesse les moments forts d’un héritage historique (Révolution française, combat pour la République, Résistance...), culturel et politique. Dans chaque village, même le plus reculé, on trouvait toujours un syndicaliste, un enseignant, un cafetier, un paysan comme chaînon géographique et générationel de cette attitude militante.

Cet héritage est en danger. Une fantasmagorie idéologique envahit les foyers, celle du capitalisme "libéral" : fantasmagorie de la marchandise, fantasmagorie de la politique à l’américaine, fantasmagorie de la réussite individuelle en écrasant autrui, fantasmagorie d’une éthique compassionelle sur des cas choisis par la CIA et les patrons des médias.

Ainsi, la Révolution française est de moins en moins vécue au travers d’une connaissance de l’époque et d’une analyse raisonnée mais par des films à grand spectacle comme Marie Antoinette. Il s’agit d’une véritable déroute de la pensée. Quel recul entre les émissions des années 1960 ( Claude Santelli, Frédéric Rossif, Cinq colonnes à la Une...) et celles de TF1 aujourd’hui. Quant aux revues historiques à grand tirage et manuels scolaires, disons qu’ils subissent le poids d’une défaite idéologique du socialisme, sur la Révolution française comme sur bien d’autres sujets. Pire, la gauche au pouvoir s’est avérée incapable de célébrer un bicentenaire honnête vis à vis de ceux sans qui la Révolution aurait été vaincue, sans qui l’Histoire pouvait évoluer tout autrement : les Montagnards.

Ci-dessous, les sous-rubriques prévues et la liste d’articles sur laquelle nous travaillons au départ. Elle nous servira de trame, même si nous ne les mettons pas en ligne dans cet ordre. De plus, elle sera peut-être légèrement modifiée en fonction des débats d’actualité :

A) Causes et prémices de la Révolution française

Sur les causes structurelles de la Révolution française (1789 2009 2ème partie)

Clergé, noblesse et bourgeoisie du Siècle des Lumières à 1789

Crise de l’Ancien régime en 1788 1789... vers les Etats Généraux

8 juin 1783 Volcan Laki Eyjafjöll en éruption : Contribution du climat au déclenchement de la Révolution française

7 août 1786 Insurrection ouvrière de Lyon L’émeute des deux sous

Louis XVI (sacré roi le 11 juin 1774), "monarque éclairé" ayant reçu "une éducation des Lumières" Nouveau bobard des "historiens" libéraux

Cahiers de doléances de 1789 (tiers-état, clergé, noblesse, Etats généraux)

27 janvier 1789 Soulèvement à Rennes des jeunes Bretons du Tiers-état face aux ratonnades nobles

1788 1789 Une situation prérévolutionnaire : Journée des Tuiles, Assemblée de Vizille (21 juillet 1788), Etats de Franche-Comté, Etats de Bretagne..

Printemps 1789, la crise prérévolutionnaire s’aggrave : émeutes de Besançon et Amiens, émeute Réveillon (28 avril)

B) Grandes journées 1789

5 mai 1789 : Ouverture des Etats généraux à Versailles. La Révolution française, politique et juridique, en marche

17 juin 1789 Les députés du Tiers état se proclament Assemblée nationale et s’octroient le vote de l’impôt (1789 2009 10ème partie)

20 juin 1789 Serment du Jeu de Paume, symbole du combat pour la souveraineté populaire (1789 2009 11ème partie)

23 juin 1789 : "Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes"

14 juillet 1789 : la prise de la Bastille symbolise la fin définitive de la monarchie "absolue" et l’accélération du processus populaire révolutionnaire

18 au 31 juillet 1789 Grande peur paysanne, révolution municipale : double pouvoir et nouveau pouvoir

4 août 1789 Abolition des droits seigneuriaux par l’Assemblée nationale

12 août 1789 Une séance à l’Assemblée nationale

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (votée le 26 août 1789)

28 août 1789 Naissance du clivage droite gauche

Robespierre : Les fondements de la souveraineté populaire face à l’absolutisme royal ( septembre 1789 )

26 septembre 1789 Pour sortir de la crise, Mirabeau exhorte l’Assemblée Constituante à décider la confiscation du quart des plus grandes fortunes

10 octobre 1789 Nationalisation des biens du clergé pour rembourser la dette publique

2 novembre 1789 "Tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la Nation" (Jean Jaurès)

Décret du 14 décembre 1789 relatif à la constitution des municipalités

5 et 6 octobre 1789 : Nouvelle victoire de la mobilisation populaire face à la réaction royaliste

C) Maturation 1790 juillet 1792

Adresse URL de sous-rubriques :

http://www.gauchemip.org/spip.php?r...

13 articles en ligne dont :

20 avril 1792 : Les députés de l’Assemblée législative déclarent la guerre au « roi de Bohême et de Hongrie »

20 avril 1792 : Les députés de l’Assemblée législative déclarent la guerre au « roi de Bohême et de Hongrie »

20 avril 1792 : Les députés de l’Assemblée législative déclarent la guerre au « roi de Bohême et de Hongrie »

11 et 12 juillet 1792 La patrie en danger ! Aux armes citoyens ! (article et film de 10 minutes)

D) Convention girondine

10 août 1792 La prise des Tuileries engage la 2ème phase de la Révolution française, portée par le peuple

Valmy ( 20 septembre 1792), symbole fort d’une mobilisation populaire qui sauve la Révolution française

E) Convention montagnarde

17 articles dont :

10 août 1792 La prise des Tuileries engage la 2ème phase de la Révolution française, portée par le peuple

23) La Révolution politique et juridique de 1789-1790 : une révolution bourgeoise classique tirée par une gauche démocrate et sociale

24) 1790 : La réaction de l’Eglise face à la Déclaration des Droits de l’Homme et à la Révolution

25) L’année 1791 signe l’échec des projets de monarchie constitutionnelle et l’impasse d’une révolution politique bourgeoise en France

26) Robespierre 30 mai 1791 : Pour l’abolition de la peine de mort ( Texte de la Révolution 2)

27) Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, septembre 1791 (Révolution française Texte 3)

28) Fuite du roi Louis XVI jusqu’à Varennes : Lettre ouverte à Madame Jalta, Messieurs Carnat et Lauby, Inspecteurs pédagogiques régionaux d’histoire et de géographie de l’Académie de Paris. Ignorance ou falsification ?

3) Vive la Révolution française qui a balayé l’Ancien régime, son roi omnipotent, son haut clergé putride, sa noblesse inhumaine et sa justice arbitraire (1789 2009 3ème partie)

21) La Révolution française et l’émancipation par l’éducation : Talleyrand, Condorcet, Lepeletier et Robespierre (textes de la Révolution 4)

21 bis) Chansons ( Textes de la Révolution 5)

21 ter) 10 août 1792 (prise des Tuileries) La révolution politique bourgeoise devient une révolution populaire armée

22) Valmy ( 20 septembre 1792), un symbole fort de la Révolution française

22 bis) 22 septembre 1792 L’ère des Français compte de la fondation de la république ( Texte de la Révolution 7)

23) L’abolition de la royauté par la Convention Septembre 1792 (texte de la Révolution 8)

24) Robespierre ( texte de la Révolution 9) " Riches et égoïstes, vous n’arrêterez pas plus le cours de la raison humaine, que celui du soleil". (2 décembre 1792)

25) L’armée populaire des soldats de l’an II

26) La dynamique de la Révolution française (textes 10) Arrêter avec les Girondins ou vaincre avec les Montagnards

27) La Révolution française a été un mouvement social du début à la fin (Texte 11)

28) 21 janvier 1793 : Louis XVI est guillotiné

29) Sans-culottes, Commune de Paris, mobilisation de la paysannerie pauvre et révolution sociale

30) Le grand Comité de Salut Public

31) Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 ( texte de la Révolution 12)

32) Constitution de l’An 1 (Texte de la Révolution 13 )

33) Réponse de Robespierre aux Manifestes des rois ligués contre la République ( 5 décembre 1793) Texte de la Révolution 14

34) 4 février 1794 Abolition de l’esclavage par la Convention

35) 11 mai 1794 : La Révolution française crée un embryon de sécurité sociale.

36) Le processus révolutionnaire de 1789 à 1794

37) Etapes et grandes journées de la Révolution française

38) Portée universelle de la Révolution française. Jugements par ses contemporains d’autres pays ( Paine, Kant ...) Textes 7

39) La Révolution française ou la république sociale en chantier

40) 3 mars 1795 : Le rétablissement de la Bourse symbolise la contre-révolution initiée après le 9 thermidor

41) 22 mai 1795 Aux côtés de la dernière grande mobilisation populaire de la Révolution française : Les martyrs de prairial

42) 9 novembre 1799 (18 brumaire) : Napoléon Bonaparte met fin à la Révolution

43) Préfascisme et fascisme ont voulu liquider les conséquences de la révolution française dans la société

44) Révolution française, naissance du mouvement ouvrier et socialisme

45) Victor Hugo et la Révolution française : "Désormais ce mot, Révolution, sera le nom de la civilisation"

46) Sur toutes les tombes de tous les révolutionnaires de 1789, il est écrit "Mort pour l’avenir et ouvrier de l’humanité" (par le poète Lamartine)

47) PROUD’HON et la Révolution française : Nous sommes tes fils, Révolution

L’anarchisme, Proudhon, Kropotkine et la Révolution française

48) De la Révolution française au républicanisme

49) Marx Engels et la Révolution française

50) L’affrontement entre les Républicains et la droite sur la Révolution française durant la 3ème République

51) VERS LA REPUBLIQUE SOCIALE (bilan de la Révolution française et du combat républicain par Jean Jaurès)

Jaurès et la Révolution française

52) "Nous considérons la Révolution française comme un fait immense et d’une admirable fécondité" (Jean Jaurès)

53) Guesde, Lénine et Trotsky sur la Révolution française

54) VIVE LA RÉVOLUTION ! (Léon Blum Editorial du Populaire le 14 juillet 1935)

55) Maurice Thorez (PCF) et la Révolution française

56) François Mitterrand, la Révolution française et son bicentenaire

57) Henri PENA RUIZ La Révolution française et la laïcité (textes 9)

Révolution française et laïcité (Henri Pena Ruiz)

58) Penser la Révolution française de François Furet (par Marc Riglet ; Lire)

59) François Furet ou la négation de la Révolution française

60) Non, Ozouf Debray, les philosophes des Lumières et les montagnards de 1793 ne sont pas responsables des malheurs du 20ème siècle

61) Jugements d’aujourd’hui sur la Révolution française

62) La Révolution française, à la fois révolution démocratique et révolution sociale dont l’expérience est encore d’actualité

63) La droite aveyronnaise contre la révolution française de 1789 à 2009

64) Les prolongements à court, moyen et long terme de la Révolution française


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message